Analyse du discours intersectionnelle

L’analyse du discours intersectionnelle (ADI) intègre la perspective intersectionnelle à ses fondements épistémologiques et théoriques, ainsi qu’à ses méthodologies.

Cadre général

Cette perspective implique que les conditions de production des énoncés, traditionnellement caractérisées par le social et l’historique, privilégiant le critère de la classe au sens large, soient ouvertes à toutes les conditions d’existence des sujets parlants, principalement leur genre et leur race, mais également leur santé, leur validité, leur âge ou leur espèce. L’INTERSECTIONNALITÉ est une notion à succès actuellement dans la recherche en SHS, voire parfois un slogan à la mode, mais les réflexions sur la manière dont elle peut véritablement être intégrée aux méthodes et aux résultats de recherche en analyse du discours sont actuellement inexistantes. L’analyse du discours intersectionnelle intègre des contributions scientifiques notamment issues des études de genre (voir également cette synthèse mise à jour en 2020), des théories de la reconnaissance, des critical race studies, des études décoloniales et des études animales (animal studies). Ces contributions permettent de mettre concrètement l’intersectionnalité au travail dans les pratiques de la discipline, et d’y remobiliser la dimension politique. L’analyse du discours dans sa configuration actuelle est en effet un ensemble de dispositifs théoriques issus d’une épistémologie occidentale universaliste, qui implique une conception de la théorie comme système explicatif général, et une conception de la méthode comme ensemble de procédures applicables à différents corpus et terrains, produisant des résultats reproductibles. Une analyse du discours intersectionnelle a au contraire pour objectif de se constituer en dispositif particulier, situé, et construit à partir des points d’énonciation des sujets et non du point de vue de la théorie.

L’intersectionnalité

—L’intersectionnalité (intersectionality) est une notion proposée par la juriste afroféministe étatsunienne Kimberlé Crenshaw en 1989 (Crenshaw 1989). Le mot est construit sur la métaphore spatiale de l’intersection et désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes d’oppression qui interagissent entre elles et se multiplient du fait de cette articulation (Crenshaw 2005 [1991]). La notion est élaborée, dans le cadre de la théorie féministe, pour interroger les limites du féminisme majoritaire blanc aux États-Unis. Kimberlé Crenshaw estime en effet que la catégorie « femme » est trop unifiée et univoque, et ne rend pas compte de la situation d’oppression spécifique des femmes noires ; elle considère donc, comme Patricia Hill Collins qui publie en 1990 une des premières synthèses sur le black feminism (Collins 1990), qu’il faut penser ensemble l’oppression de genre et celle liée à la race.

La notion s’est diffusée en France dans les années 2000, notamment par le biais de chercheur.e.s comme Elsa Dorlin qui dirige en 2009 un collectif devenu classique : Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination (Dorlin dir. 2009). Elle fait désormais l’objet de travaux de synthèse et de numéros de revue (par exemple Fassa et al. 2016, Hajjat et Larcher coord. 2019). Elle s’est également beaucoup diffusée dans les milieux militants, en particulier féministes, et elle est partiellement à l’origine de la notion d’inclusion (féminisme inclusif). L’intersectionnalité a ensuite été étendue à toutes les formes d’oppression, et intègre désormais les marginalités ou stigmatisations liées à la sexualité, la santé, l’âge et, plus récemment, l’espèce.

Cette extension de la notion et son succès ont amené de nombreuses discussions et critiques. La généalogie de la notion est contestée (Hedjerassi 2017) : on peut considérer en effet que l’intersectionnalité, avant d’être nommée comme telle, existe dans des discours antérieurs aux années 1990, dans celui de Sojourner Truth par exemple 1851, ou dans les travaux de Frances Beal (Beal 1969). Les critiques et les réajustements ont été et sont encore nombreux, y compris de la part de Kimberlé Crenshaw elle-même (Crenshaw 2011) : sont pointés les risques d’évolution identitaire et subjectiviste, une certaine asepsie théorisante par rapport aux réalités du racisme, du sexisme et des oppressions multiples, le piège de la fragmentation en catégories discrètes, qui oublierait l’articulation des oppressions les unes aux autres, et l’essentialisation de ces catégories. On peut parler actuellement d’une approche post-intersectionnelle, la notion étant redéployée par Sirma Bilge et Patricia Hill Collins (Collins, Bilge 2016) ou Jennifer Nash (Nash 2019), ou encore, en Tunisie, Soumaya Mestiri (Mestiri 2020).

Concepts de l’analyse du discours intersectionnelle

Les concepts de l’analyse du discours intersectionnelle peuvent être de deux ordres : des concepts préexistants qui ont été retravaillés et enrichis à la lumière de l’intersectionnalité ; des concepts inédits proposés pour identifier de nouveaux objets ou permettre de nouvelles pratiques pour l’analyse du discours.

Concepts préexistants

Retravailler et enrichir un concept à la lumière de l’intersectionnalité, cela veut dire lui permettre de rendre compte de phénomènes de domination croisée. La notion de compétence discursive par exemple (Maingueneau 1984, 1987), qui désigne l’ensemble des habiletés détenues par un sujet pour produire et interpréter des énoncés, peut être enrichie par une prise en compte des conditions d’existence des sujets du discours citant et du discours cité : conditions liées à la classe, au genre, à la race, à la santé, à l’âge, etc. La notion peut en effet s’enrichir d’une description des inégalités dans la détention de ces habiletés, inégalités fondées sur des dominations se renforçant les unes les autres. Autre exemple, celui du discours rapporté (Authier-Revuz 1992-93) : les outils d’analyse autour de cette notion peuvent intégrer l’asymétrie d’ordre politique qui existe souvent entre discours citant et discours cité, notamment dans les discours médiatiques ou de recherche. Rapporter les paroles de quelqu’un, c’est en effet s’en saisir et donc réaliser une appropriation du discours de l’autre, et s’autoriser éventuellement à le déformer. L’étude des marqueurs langagiers du discours rapporté et de leur fonctionnement dans les discours s’accompagne alors d’une prise en compte des conditions d’existence des sujets du discours citant et du discours cité. C’est en ce sens que le discours rapporté peut être revu dans une perspective intersectionnelle. Dernier exemple : les notions de dénomination et de désignation (Bosredon et al. coord. 2001, Frath 2015), qui prennent déjà en compte le point d’énonciation (qui désigne qui ?), peuvent intégrer les rapports de domination croisée, pour mieux montrer que l’acte de nommer participe pleinement à l’élaboration et au maintien de systèmes d’invisibilisation et d’oppression.

Concepts inédits

Les concepts inédits peuvent être des importations à partir d’autres disciplines ou des propositions théoriques nouvelles.

Les champs contributifs à l’ADI fournissent des propositions intéressantes pour un enrichissement de l’analyse des situations de domination en termes discursifs : en études de genre, la notion d’AGENTIVITÉ (agency), forgée par Judith Butler à partir des réalités de la domination (Butler 2004), a été par exemple retravaillée dans le champ linguistique par Noémie Marignier (Marignier 2020), pour être intégrée dans la théorie du discours. La notion est lestée d’une dimension politique qui la rend efficiente en ADI. Dans le domaine des études animales, la notion d’ANTHROPODÉNI proposée par Frans De Waal (De Waal 2016) pour désigner le refus de l’anthropomorphisme qui permettrait de penser un langage animal, est intégrée en analyse du discours par Catherine Ruchon qui montre qu’il s’agit là d’une position dominante et invisibilisante envers le règne animal (Ruchon 2017). On citera également la notion de déspécification, par laquelle Fabrice Dhume explique en sociologie la manière dont certaines notions, comme la race, sont reformulées et vidées de leur sens au profit de notions plus acceptables socialement, la diversité par exemple (Dhume 2012). Marie-Anne Paveau propose de la retravailler en DÉSPÉCIFICATION LEXICALE pour montrer comment se joue en discours le renforcement des oppressions par leur affaiblissement ou leur modification catégoriels (travail en cours).

Méthodes de l’analyse du discours intersectionnelle

La perspective intersectionnelle implique une modification des méthodes de travail de l’analyse du discours. On donne ici quelques exemples qui seront développés dans les articles spécifiques.

Si les conditions d’existence des sujets parlants doivent être prises en compte, qu’il s’agisse des sujets chercheur.e.s ou des sujets enquêtés producteur.trice.s des discours, il devient alors difficile de conserver par exemple les méthodes d’élaboration des corpus. Le corpus en analyse du discours est en effet jusqu’à présent un ensemble d’énoncés classés et étiquetés, parfois nettoyé et normalisé par des procédures automatiques, qui ne renseigne pas forcément les énonciateur.trice.s (dans les corpus de presse par exemple) ni leurs conditions existentielles et matérielles de production. L’analyse du discours, pour devenir intersectionnelle, a donc intérêt à intégrer des méthodes anthropologiques et ethnographiques, pour recueillir une description fine de ces conditions. Dans cette perspective, le nombre d’énoncés doit être réduit, car des corpus de plusieurs centaines d’énoncés (dans les thèses d’analyse du discours par exemple) ou plusieurs milliers voire centaine de milliers dans les travaux automatisés (les grands corpus) ne peuvent satisfaire l’exigence de situation existentielle et matérielle des énoncés. La série limitée d’exemples apparaît alors plus indiquée, et le.a chercheur.e apprend ou réapprend à travailler sur des PETITS CORPUS avec les méthodologies adéquates (Danino dir. 2018). Le corpus peut également être co-construit par le.a chercheur.e et les locuteur.trice.s dont il souhaite rendre compte (Guilhaumou 2004), et non plus maîtrisé individuellement par le.a seule chercheur.e ayant adopté une position de savoir surplombant. La nature des objets construits par la recherche est également modifiée par la perspective intersectionnelle : les objets de l’ADI ne sont pas des phénomènes discursifs saisis dans leur seule discursivité (perspective logocentrée) mais des phénomènes discursifs lestés d’une dimension politique intégrant un rapport de domination et une asymétrie des positions des sujets.

Articles reliés

AGENTIVITÉ, ANTHROPODÉNI, DÉSPÉCIFICATION LEXICALE, INTERSECTIONNALITÉ, PETIT CORPUS

Références
  • Authier-Revuz Jacqueline, 1992-93, « Repères dans le champ du discours rapporté » (I) et (II). L’information grammaticale 55 et 56. p. 38-42 et p. 10-15.
  • Bosredon Bernard, Tamba Irène, Petit Gérard (coord.), 2001, Cahiers de praxématique 36, « Linguistique de la dénomination ».
  • Butler Judith, 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Collins Patricia Hill, (2008 [1990]), Black FeministThought: Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment, London: Routledge.
  • —Crenshaw Kimberlé, 1989, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine,Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum 1-8, p. 139-187. —
  • —Crenshaw, Kimberlé, 1991, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review 43(6) : 1241-1299 (trad. fr. « Cartographie des marges : Intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », dans Cahiers du genre, 39).
  • Danino Charlotte (dir.), 2018, « Introduction », Corpus 18, dossier « Petits corpus », http://journals.openedition.org/corpus/3099
  • De Waal Frans, 2016, Sommes-Nous Trop « Bêtes » Pour Comprendre L’intelligence Des Animaux ?, trad. Chemla Lise et Paul, Lonrai, Les liens qui libèrent.
  • —Dorlin Elsa (dir.), 2009, Sexe, race, classe : pour une épistémologie de la domination, Paris, Puf.
  • —Fassa Farinaz, Lépinard Eléonore, Roca i Escoda Marta, 2016, L’intersectionnalité : enjeux théoriques et politiques, Paris, La Dispute.
  • Frath Pierre, 2015, « Dénomination référentielle, désignation, nomination », Langue française 188, p. 33-46.
  • Guilhaumou Jacques, 2004, « Un récit construit ensemble. Analyse de discours », dans Mésini Béatrice, Pelen Jean-Noël, Guilhaumou Jacques, 2004, Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Marseille, Publications de l’université de Provence, p. 269- 302.
  • Hajjat Abdellali et Larcher Silyane (coord.), 2019, « Intersectionnalité », Mouvements, https://mouvements.info/intersectionnalite/
  • Hedjerassi Nassira, 2017, article « Intersectionnalité » dans Bard Christine dir., 2017, Dictionnaire des féminismes, Paris, Puf.
  • Maingueneau Dominique, 1984, Paris, 1984, Genèses du discours, Bruxelles, Pierre Mardaga.
  • Maingueneau, Dominique, 1987, Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette.
  • Marignier Noémie, 2020, « Pour l’intégration du concept d’agency en analyse du discours », Langage et société 170, p. 15-37.
  • Mestiri Soumaya, 2020, Élucider l’intersectionnalité. Les raisons du féminisme noir, Paris, Vrin.
  • Nash Jennifer, 2019, Black Feminism Reimagined. After Intersectionality, Durham and London, Duke University Press.
  • Ruchon Catherine, 2017, « De l’anthropodéni aux anthropomorphèmes, les frontières linguistiques de l’humanité », Animalingua. Discours, animalité et humanité [carnet de recherche], 06.01.2017, https://realista.hypotheses.org/1372

Crédit : fdecomite, 2008, Knit Knit Knit, compte de l’auteur sur Flickr CC BY 2.0

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, "Analyse du discours intersectionnelle," in Analyse du discours intersectionnelle, 10/11/2020, https://adi.hypotheses.org/310.

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search